L’hôtellerie est un secteur qui marche sous forme de cycles annuels rythmés par les saisons. Généralement, les mois de novembre à mars sont des périodes creuses pour les hôteliers. Entre juin et fin août, la fréquentation des établissements est à son maximum, c’est la haute saison. Les baisses saisonnières sont vécues par tous les acteurs du voyage. Elles ont un impact significatif sur les revenus des établissements. Or l’hôtelier ne doit pas rester passif mais profiter de ce moment pour établir une stratégie à long-terme afin d’atténuer les conséquences de la saisonnalité sur son chiffre d’affaires.

La saisonnalité, une fluctuation des flux touristiques

La saisonnalité est un phénomène qui résulte de deux facteurs. Premièrement, les facteurs climatiques rassemblent tous les éléments liés à l’environnement et à la nature, à savoir les saisons. Ce facteur est responsable des périodes de fréquentation touristique de certaines destinations. A la montagne, la saisonnalité est très marquée, la majorité du chiffre d’affaires est réalisée en hiver tandis que l’été est une période beaucoup plus calme. La situation est inversée pour les destinations en bord de mer.

Les facteurs institutionnels sont le second facteur responsable de la saisonnalité. Ce facteur est le résultat des décisions conclues à l’échelle nationale, le calendrier scolaire et les jours fériés. Ces deux périodes sont les plus propices à l’organisation de vacances notamment pour les familles avec des enfants scolarisés.

Au cours d’une année, l’hôtelier voit le taux d’occupation de son établissement varier sous la pression de la saisonnalité. Véritable indicateur de performance, ce taux doit être surveillé de près par l’hôtelier pour identifier les périodes de haute et de basse-saison propres à son établissement. Bien que l’impact de la saisonnalité soit moins marqué dans les grandes villes, c’est un phénomène qui concerne la plupart des hôteliers en France.

Astuces pour attirer les voyageurs en basse-saison

Afin d’atténuer les effets négatifs de la saisonnalité sur son activité, l’hôtelier doit envisager des solutions pour attirer les clients en période creuse. La première étape consiste à identifier les cibles de voyageurs susceptibles d’être intéressées par un séjour en basse-saison. On retrouve : les retraités, les couples sans enfant, les familles avec des enfants non scolarisés mais aussi les voyageurs étrangers (périodes de vacances différentes). Ces profils de voyageurs ne sont pas contraints par le calendrier scolaire. Ils préfèrent partir en vacances en basse-saison afin d’éviter le tourisme de masse.

Une fois les cibles identifiées, il faut encourager les voyageurs à venir séjourner dans votre établissement. L’hôtelier peut proposer des formules exclusives (ex : hébergements + forfait détente) seulement valables en basse-saison, cela permet de créer une plus-value. Pour cela, il faut identifier ce que recherche le voyageur lors de son séjour afin de lui proposer des offres adaptées à ses attentes. En parallèle, il est judicieux de proposer des prix différents en fonction des périodes de saisonnalité.

Bien que la plupart des voyageurs soient influencés par les saisons, la clientèle d’affaires n’est pas préoccupée par cet élément. Entre les conférences, les réunions ou encore les salons, les professionnels sont en déplacement toute l’année. Par rapport aux voyageurs de loisirs, cette clientèle a tendance à dépenser davantage lors de son séjour. C’est donc une cible très intéressante pour absorber les effets négatifs de la saisonnalité sur les résultats des hôteliers. Afin d’attirer cette clientèle, l’établissement doit proposer des infrastructures adaptées : salles de réunion, bureaux… Un investissement qui peut rapporter gros sur le long-terme.

Une occasion pour améliorer la gestion de son hôtel

Bien que les baisses saisonnières soient associées à une baisse de fréquentation, ces périodes sont l’occasion pour l’hôtelier de revoir la gestion de son établissement. Lors des périodes de haute-saison, l’hôtelier doit jongler entre plusieurs responsabilités, le voyageur est au centre de ses préoccupations. Les périodes plus calmes sont l’occasion pour le propriétaire de rafraîchir son établissement (travaux de rénovation, changement des équipements usés, nouvelle décoration…).

Etant donné que l’hôtelier a un agenda plus léger, il peut consacrer du temps à la promotion de son établissement grâce aux nouveaux outils. Avec des voyageurs de pus en connectés, avoir son propre site internet est devenu primordial afin de gagner en autonomie. Aujourd’hui, la création d’un site internet est à la portée de tous grâce aux outils développés par Amenitiz. Nos services sont centrés sur les besoins digitaux des hôteliers : gagner du temps dans la gestion des réservations via le channel manager tout en développant les réservations en direct grâce à un moteur de réservation. Pour assister à une démonstration gratuite de notre solution, remplissez le formulaire ci-dessous. Nous vous recontacterons avec plaisir 😊

Les effets de la saisonnalité se font ressentir auprès de la majorité des hôteliers. Baisse des revenus, faible taux d’occupation, les baisses saisonnières peuvent perturber la pérennité d’un établissement si elles ne sont pas anticipées par l’hôtelier. Si certains décident de fermer leur hôtel pour éviter les pertes, la stratégie marketing ne doit pas être mise de côté. L’hôtelier doit profiter de cette période pour confirmer les réservations à venir. Un établissement déjà complet avant le début de la haute-saison est une source de stress en moins pour le propriétaire.