Si vous êtes gérant d’une résidence de tourisme, vous avez sans doute entendu parler de la réforme sur les modalités de classement. Aujourd’hui, une résidence est classée en fonction des services et équipements proposés par l’établissement. Certains critères sont obligatoires, d’autres optionnels pour laisser une certaine liberté au propriétaire dans l’aménagement de son établissement. L’arrêté publié le 10 avril 2019 met à jour les normes de classification des résidences de tourisme. Bien qu’il ne soit applicable qu’à partir du 1er juillet 2019, nous vous présentons les points clés du nouveau référentiel.

Le marché des résidences de tourisme en France

Une résidence de tourisme est une catégorie d’hébergement touristique commercial. Ce terme fait référence à la location d’un logement meublé « prêt-à-vivre ». On retrouve plusieurs types d’hébergement : une chambre, un appartement ou un mobile home. Selon la définition donnée par l’INSEE, une résidence de tourisme doit au moins proposer un espace de cuisine et des sanitaires privés. Contrairement aux hôtels, la prestation de services est plutôt faible et moins variée.

Au départ, les résidences de tourisme ont été créées pour répondre à la demande de biens locatifs dans les stations de ski. Au fur et à mesure, elles se sont développées sur le littoral, dans les villes et même parfois à la campagne. Aujourd’hui, on compte plus de 2200 résidences de tourisme en France. Parmi les enseignes les plus connues, on retrouve Adagio, Belambra Clubs et Club Méditerranée. En 2018, les résidences de tourisme ont rapporté 3,6 milliards de recettes pour un total de 19 millions de clients. C’est donc un marché rentable qu’il faut savoir exploiter.

Le fonctionnement du classement des résidences de tourisme

Afin de garantir une certaine qualité des établissements, Atout France a mis en place un référentiel pour classer les résidences de tourisme. En fonction des critères définis, un établissement peut être classé de 1 à 5 étoiles. Voici la liste des principales conditions à respecter pour améliorer le classement de votre résidence :

  • 1* : résidence « économique », surface minimum à respecter
  • 2* et 3* : résidence « milieu de gamme », ouverture de l’accueil au moins 5h par jour, habilité du personnel à parler au moins 1 langue étrangère, équipements supplémentaires (four, mobilier pour bébé…)
  • 4* : résidence « haut de gamme », le personnel doit au moins parler 2 langues étrangères, équipements supplémentaires (téléphone, baignoire, douche…)
  • 5* : résidence « très haut de gamme », accès internet et climatisation, le personnel de l’accueil doit être capable de parler au moins 3 langues étrangères

Cette grille d’évaluation des résidences est périodiquement mise à jour pour s’adapter aux nouvelles attentes des voyageurs. Au fur et à mesure des réformes, de plus en plus de résidences sont classés. Aujourd’hui 64% des résidences de tourisme sont classées contre 50% en 2010 avant la dernière réforme. Ainsi, renforcer les normes encourage les propriétaires à s’impliquer dans l’aménagement de leur établissement.

Les nouveaux critères du référentiel

Pour tous les gérants de résidence de tourisme, sachez que les critères de classement se durcissent. Désormais, les résidences doivent obtenir un score plus élevé pour les critères obligatoires. Les exigences sont particulièrement renforcées pour les résidences 4* et 5*. En revanche, la liste des critères augmente, passant de 175 à 219. Il y a maintenant davantage de critères optionnels pour donner plus de liberté aux gérants dans l’organisation de leur établissement. En ce qui concerne les critères d’éligibilité, ils sont assouplis. A partir du 1er juillet 2019, une résidence de tourisme peut être classé à partir de 50 lits contre 100 auparavant. Vous pouvez retrouver l’intégralité des nouvelles normes et procédures de classement des résidences de tourisme sur l’arrêté publié le 10 avril 2019.

La réforme du référentiel de classement s’inscrit dans une volonté de moderniser les résidences de tourisme. Selon Pascale Roque, la présidente du SNRT (Syndicat National des Résidences de Tourisme), « cette réforme va donner un nouvel élan à la montée en gamme du parc ». Face à des voyageurs de plus en plus exigeant, la mise à jour des normes est un bon moyen d’améliorer la réputation des résidences de tourisme françaises.

Actuellement, une majorité des résidences de tourisme en France sont classées selon un baromètre par étoiles. Le classement est défini grâce à une grille d’évaluation mise en place par Atout France. L’agence définit des critères obligatoires à remplir en fonction du nombre d’étoiles. Ces critères sont mis à jour pour s’adapter aux demandes des voyageurs en matière de services et de confort. La réforme de 2019 implique un classement plus strict mais plus ouvert en ce qui concerne les conditions d’éligibilité. L’instauration de nouveaux critères contribuent à la montée en gamme des résidences de tourisme en France.