Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En savoir plus

Comment réduire le bruit dans son hôtel ?

Lorsqu’un voyageur réserve une nuit dans un hôtel, il s’attend à passer un moment agréable où il peut se reposer et reprendre des forces pour le lendemain. Être dérangé à cause de nuisances sonores peut sérieusement compromettre le confort du voyageur. A son réveil, il se sentira de mauvaise humeur et ne sera pas près de revenir dans l’établissement. Véritable effet sur la satisfaction clientèle, la gêne causée par le bruit est un phénomène que les hôteliers ne peuvent négliger. A travers cet article, nous vous donnons quelques conseils pour résoudre ce problème.



I. Réduire le bruit : 1 français sur 2 se plaint

Selon les chiffres, près de 54% des français se plaignent du bruit lors d’un séjour dans un hôtel. C’est aujourd’hui la première source d’insatisfaction des voyageurs. Ces nuisances sonores peuvent détériorer la réputation d’un hôtel en plus de perturber le séjour des voyageurs.


Il faut savoir qu’il existe plusieurs types de nuisances :

  • Les bruits extérieurs provenant de l’environnement autour de l’établissement. Ces bruits sont conditionnés en fonction de la localisation de la propriété (près d’un aéroport, d’un monument historique, d’un bar…).
  • Les bruits intérieurs amenés par les chocs qui vont se propager à travers la structure de l’établissement.
  • Les bruits des équipements de l’hôtel tels que les systèmes d’aération/de climatisation, les ascenseurs, les appareils de nettoyage…
  • Les nuisances causées par la clientèle, un problème délicat à gérer pour les hôteliers.

Il est donc important pour les hôteliers de savoir identifier la source des nuisances sonores afin de trouver les solutions adéquates. 



II. Bien isoler les murs, faux plafond de son hôtel

L’arrêté sur la limitation sonore dans les hôtels fixe un niveau d’isolement acoustique minimum à respecter dans les différents espaces d’un hôtel. Afin de respecter ces normes, les propriétaires doivent investir dans des solutions d’isolation acoustique.


L’isolation permet d’atténuer la transmission des bruits sonores à travers les différentes parois (murs, sols, plafonds…). Plusieurs options s’offrent aux établissements. Dans un premier temps, les rideaux anti-bruit, placés près des portes et fenêtres, permettent de réduire le bruit de 15dB. La peinture anti-bruit est aussi un bon moyen d’isolation, une baisse des nuisances sonores comprise entre 3 et 15 dB. Enfin, investir dans un faux plafond est la solution la plus efficace. Avec une diminution du bruit de 25dB, cette technique permet d’atténuer les nuisances entre les étages. Si les hôteliers envisagent cette solution, ils doivent sacrifier une partie de la hauteur de plafond des chambres, aux alentours de 13cm. 



III. Penser au mobilier silencieux

Si les travaux d’insonorisation permettent d’atténuer les nuisances sonores provenant de l’extérieur de la chambre, le bruit causé par les équipements persiste. Pour pallier ce problème, les industriels commencent à développer des versions silencieuses de leurs produits.


Certains équipements que l’on retrouve dans les chambres d’hôtel peuvent désormais être utilisés sans aucun bruit. C’est le cas de la climatisation, du sèche-cheveux, des volets roulants, du minibar ou encore des WC. Le mobilier silencieux commence donc à s’inviter dans nos chambres pour notre plus grand confort !



Bien que les nuisances sonores ne puissent être contrôlées par les hôteliers, certaines solutions existent pour remédier à ce problème. Des techniques d’isolation sonore permettent de réduire le niveau de bruit perçu dans les chambres. En parallèle, l’installation d’un mobilier silencieux permet d’éviter toutes sortes de gênes sonores occasionnées par les équipements de la chambre. Une société a instauré un label, nommé « quiet hotel room ». Cette accréditation est délivrée par chambre et atteste d’un environnement propice au calme. Pour tenter de l’obtenir, c’est par ici.